Commentaires Edito Septeuil MAG 19

Le  n°  19 fantôme absent du site Web de la Mairie

 

           Mais vous pouvez le télécharger ICI

Dans le Septeuil MAG N°19, le maire dans son édito s’est élevé et a dénoncé « les manigances d’un conseiller communautaire » (issu du conseil municipal de Septeuil) et qui auraient eu pour effet de permettre au Président de la CCPH de retirer des projets de la CCPH la réfection de la Route des Plains.

Mais que s’est-il donc passé ? Que contenait le dossier présenté par notre conseiller communautaire qui, à l’origine, faisait partie de l’équipe municipale de la majorité, et qui, au fil du mandat s’est vu retirer par le maire ses délégations, et sa fonction d’adjoint en charge des finances.

Quel sont les éléments de ce dossier qui selon le maire, ont incité la CCPH à dénoncer ces travaux ?

Nous citons (Editorial du maire - Septeuil MAG N°19) : « Après diverses réunions avec le président de la CCPH et d’âpres discussions, Monsieur Mansat a décidé que la réfection de la route des Plains n’était plus au programme »

Nous citons également (Editorial du maire - Septeuil MAG N°19) : « Dans ce dossier, il rendait responsable de la détérioration de la route un riverain, que nous avions autorisé à circuler sur cette voie avec des camions, sous certaines conditions, et pour les besoins d’un enrochement »

Quelles conditions, et pourquoi un enrochement ?

 Afin de comprendre et d’avoir des éléments d’information nous avons recherché les comptes rendus de la CCPH puisque ceux-ci sont publics et consultables sur le site internet de celle ci

 Compte rendu Séance du 28 juin 2018 page 23

« VOIRIE : M. Ozilou interpelle sur les importantes dégradations de la rue des Plains à Septeuil induites par les

passages répétés de très gros poids lourds qui se rendent chez un riverain. Il considère que ces dégradations ne

doivent pas être assumées par la CCPH.

M. le Président lui indique qu’avant d’envisager la réfection de cette route, la commune de Septeuil a été

contactée et que si la CCPH a décidé de faire les travaux, c’est que l’état de la voie le nécessitait. Il précise

cependant qu’il procédera aux vérifications nécessaires avant le démarrage des travaux.

Mme Tétart précise qu’il était convenu avec Mme Eloy, que les travaux seraient faits après la réalisation des

travaux des 2 permis de construire accordés. »

 

Compte rendu Séance du 20 Septembre 2018 page 13

« Elle informe le conseil que la réalisation de 2 projets a dû être suspendue : les travaux de la rue des Plains à Septeuil  en raison de travaux de construction d’un riverain qui ont fortement dégradé la voirie et ce dernier refuse de participer à la remise en état »

A l’examen de ces comptes rendu, et plus particulièrement celui du 20 septembre 2018:

·     Nous pouvons comprendre la décision du président de la CCPH car il engage des fonds publics suite à des travaux ayant généré des dégradations dont la responsabilité relève manifestement du domaine privé.

·        Nous constatons qu’il est évoqué une suspension, et pas une annulation.

·       Quel sont les travaux ayant généré de tels dégâts ? les risques de dégradation avaient-ils été évalués ?

·         Les travaux sont-ils terminés (2 permis de construire ont été évoqué)

·   Si la CCPH transforme la suspension en annulation la commune peut-elle assumer financièrement et seule cette remise en état ? 

·      Un droit de réponse va-t-il être donné au conseiller communautaire dans la revue Septeuil MAG ?